Rechercher

Hypnothérapie : quels en sont les préjugés?

Dernière mise à jour : sept. 28


A quoi s'attendre? Qu'est-ce qui va m'arriver? On va prendre le contrôle sur moi?

L'efficacité de l'hypnothérapie est aujourd'hui très largement reconnue tant par les professionnels de santé indépendants que dans les hôpitaux mais certains préjugés persistent :


Je ne serai pas au courant ni conscient de ce qui va se passer

Le patient reste conscient, conservant durant toute la transe hypnotique* une posture d'observateur caché qui assiste à ce qui lui arrive (sensations, modifications de perception, visualisations de scènes diverses, souvenirs anciens, scénarios possibles d'avenir, émotions plus ou moins fortes...)



Je serai sous l'emprise du thérapeute, il fera de moi ce qu'il voudra

Le patient conserve durant toute la transe la maitrise de ses comportements, il ne perd ni ses facultés habituelles de choix, ni son aptitude à interrompre l'expérience à chaque instant. L'hypnose ne favorise en aucune façon un quelconque assujettissement.



Je peux perdre la raison si le thérapeute m'hypnotise

Ce risque n'est réel que pour des personnes souffrant de troubles de la personnalité ou de troubles psychotiques. Ces troubles constituent une contre-indication à l'hypnose.


Je vais découvrir des problèmes cachés en moi ou revivre des scènes désagréables ou traumatisantes sans le vouloir

L'hypnothérapie ericksonienne est orientée en priorité sur les ressources des patients et non sur les problèmes. Elle considère l'inconscient avant tout comme un réservoir de ressources positives, sans nier la part de conflits internes qu'il recèle. Il est possible que des scènes pénibles soient vécues en hypnose mais cela a précisément une fonction thérapeutique (libération de blocages, apaiser, neutraliser les expériences douloureuses du passé...)


Je ne pourrai pas entrer en transe. Je ne suis pas hypnotisable ; on a déjà essayé avec moi et ça n'a pas marché

Tout le monde est hypnotisable. Le fonctionnement de l'hypnothérapie contemporaine est lié au désir d'essayer, à la volonté de réussir et surtout à la relation de confiance établie avec le thérapeute.


Il me faut une transe bien profonde pour résoudre vraiment mon problème

Il suffit d'une transe légère pour expérimenter tous les phénomènes de l'hypnose et pour obtenir un changement thérapeutique. La transe profonde est rarement indispensable.


L'hypnose remplace un problème par un autre ; elle ne résout rien en profondeur

C'est une objection courante chez les thérapeutes qui méconnaissent les acquisitions et les recherches contemporaines de l'hypnose, ou qui restent fixés sur les assertions (peu sincères) de Freud à ce sujet. Ce type de défiance cache parfois une crainte à l'égard d'une thérapie moins longue, moins coûteuse et souvent plus efficace.


*La transe hypnotique se manifeste par un état de concentration et de focalisation sur le monde interne du patient. Le corps est plongé dans un état de détente profonde, avec une musculature relaxée comme dans le sommeil ; la respiration et le pouls sont ralentis ; la tension artérielle diminue. Sont ressenties des sensations inhabituelles et parfois paradoxales : lourdeur et légèreté des membres, chaleur et froideur, sensation d'être complètement présent tout en étant ailleurs. La faculté d'imagination, l'intuition, l'expression des émotions sont facilitées.

D'après Soigner par l'hypnose, approches théoriques et cliniques, extraits du Dr Gérard Salem




113 vues0 commentaire