Rechercher

L'utopie d'un monde sans souffrance nous enferme dans une vision pessimiste de notre identité




Notre société a tendance à nier l'utilité des émotions en leur posant des étiquettes : d'un côté les bonnes et, de l'autre, les mauvaises émotions. Celles qui permettent d'aller de l'avant et les autres qui seraient des boulets disqualifiés.

Or toutes les émotions sont utiles. La tristesse marque une séparation, la colère exprime une agression ressentie, la peur vient parler de ce dont on a besoin ou d'un danger potentiel, le dégoût indique que quelque chose n'est pas bon pour soi, etc. L'émotion témoigne de ce qu'il se passe pour nous et convoque nos ressources afin d'y faire face et d'agir quand il s'agit d'une épreuve / d'un moment complexe à passer. Elle est source de résilience.


Sans émotion, pas de ressources ni de résilience

L'utopie vient de "normalement ça ne devrait pas se passer comme cela, je devrais avoir le contrôle, je devrais savoir gérer ...",

Cette utopie du "zéro souffrance" ou du "contrôle sur tout", largement induite par le monde dans lequel nous vivons, enferme la personne dans une vision pessimiste d'elle : normalement, je ne devrais pas avoir peur donc je suis une peureuse,... normalement je ne devrais pas m'effondrer donc je suis une personne faible... , normalement je devrais faire face donc je ne suis pas courageuse..., normalement je devrais me maitriser donc je suis colérique, etc.


La personne s'attribue une identité négative figée, en décalage avec ses valeurs, ses intentions, ses ressources, et perd progressivement confiance en elle, en ses capacités...


C'est encore plus problématique pour les personnes HPI -haut potentiel intellectuel- et hypersensibles car elles perçoivent le monde de façon plus intense. Leur haut potentiel dévoilé devient une injonction à la réussite, à la maîtrise de soi alors qu'elles sont tout aussi faillibles que les autres et surtout intensément émotionnelles. On observe alors une perte d'estime de soi plus fréquente chez les personnes HPI issue de l'abîme créé entre ce qu'elles pensent qu'elles devraient être et l'identité qu'elles s'attribuent.


L'hypnothérapie permet de mettre en lumière ces mécanismes très souvent inconscients, d'identifier les ressources, les blocages, avec comme résultats une meilleure estime de soi et une levée des blocages.



4 vues0 commentaire